ACCUEILSahara Occidental> Actualité du Sahara Occidental
Dernière mise à jour :
mercredi 27 mai 2020





   
Les Sahraouis appellent le Parlement européen à ne pas enfreindre le droit international
lundi 14 janvier 2019
Les députés européens vont-ils aller à l’encontre de la Cour européenne de Justice à l’occasion du renouvellement de l’accord de pêche avec le Maroc, alors que la Cour a spécifié que les eaux du Sahara occidental ne peuvent être prises en compte dans cet accord puisque ne faisant pas partie du Maroc ? Dans le territoire occupé, les Sahraouis manifestent leur opposition en apposant sur les murs de leurs habitations des banderoles qui démentent la parodie de consultation à laquelle s’est pliée la députée européenne Patricia Lalonde. Cette dernière a dû démissionner de sa responsabilité quelques heures après avoir présenté devant la commission du commerce international du Parlement européen, son rapport reconnu partial du fait de ses liens avec la Fondation pro-marocaine EuromedA dont elle est membre du conseil d’administration.

Analyse de l’Association des Amis de la RASD -

Les 9 raisons pour lesquelles le Parlement européen doit respecter l’arrêt de la cour européenne de justice sur l’exploitation des richesses naturelles du territoire non autonome du Sahara occidental

1) Le statut du Sahara occidental

Un territoire non-autonome en voie de décolonisation (non décolonisé donc), dont le peuple a le droit inaliénable et imprescriptible à l’autodétermination.

2) Ce qu’implique le droit à l’autodétermination

-  a) le droit de déterminer librement le statut politique qu’il veut se donner (indépendance, association à un autre État, autonomie à l’intérieur d’un autre État, intégration à un autre État) à travers un référendum d’autodétermination.

-  b) une souveraineté absolue sur ses ressources naturelles

-  c) dans le cadre de la décolonisation (Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, Résolution 1514 de 1960), l’intégrité territoriale du territoire non autonome doit être préservée.

Le peuple sahraoui ne jouit actuellement d’aucun de ces droits. Si le premier (a) est toujours sur la table de l’ONU depuis les années 1970 , les 2 derniers sont actuellement bafoués par le Maroc.

-  b) Ainsi, les richesses de son territoire (phosphates, sable, sel, cultures maraîchères) et de ses eaux dites « adjacentes » (proches de ses côtes), les plus poissonneuses d’Afrique occidentale, sont exploitées et exportées vers l’étranger (dont l’UE), sans bien sûr lui demander son consentement, en violation totale de sa souveraineté.

-  c) Par ailleurs, le projet d’accord proposé par la Commission européenne, en réduisant son application au territoire sahraoui sous occupation marocaine et en excluant la partie sous contrôle du F. Polisario, ne respecte pas l’intégrité territoriale du Sahara occidental (définie selon le droit international par les frontières héritées du colonialisme, espagnol en l’occurrence), et en aggrave la division humaine et économique.

3) L’atteinte au processus de paix

A quel titre le Maroc est-il présent au Sahara occidental ?

a) Le Maroc n’y est pas souverain, personne ne reconnaît sa souveraineté et notamment aucun des États membres de l’UE,

b) Le Maroc n’y est pas, au sens de l’ONU, une puissance administrante. C’est l’Espagne qui l’est toujours de jure, mais qui a abandonné illégalement le territoire au Maroc et à la Mauritanie lors des accords de Madrid du 14 novembre 1975 (illégalité dénoncée dès cette époque par l’Assemblée générale de l’ONU). La preuve en est que, contrairement au rôle codifié des puissances administrantes, il ne rend aucun compte à l’Assemblée générale de l’ONU de sa soi-disant « administration ». L’Union européenne a voulu à une époque imposer l’idée d’une « administration de facto » du Sahara occidental par le Maroc. Ce qui est complètement battu en brèche par les arrêts de la CJUE qui rappellent que cette notion n’existe pas en droit.

c) La seule explication qui reste est que le Maroc occupe le Sahara occidental (en fait sa majeure partie située à l’ouest d’un mur de sable militarisé). Il l’occupe par la force : l’invasion militaire du nord du pays a été concomitante de la « marche verte » dite pacifique de novembre 1975 et a provoqué l’exode de dizaines de milliers de civils sahraouis vers l’est, vers l’Algérie qui les a accueillis dans le sud-ouest de son territoire, à proximité de la ville de Tindouf, dans des camps de réfugiés où ils se trouvent toujours avec leurs descendants, plus de 40 ans après. Cette occupation militaire est d’une grande violence pour les Sahraouis qui sont restés sur place et pour leurs enfants auxquels la revendication du droit à l’autodétermination est interdite pour délit d’atteinte à la soi-disant « intégrité territoriale » du Maroc !

L’Union européenne, en ignorant ou en faisant semblant d’ignorer cet aspect, se rend bien sûr complice de telles violations graves. Et cette complicité, si elle s’affirme, ne peut qu’entraver le processus de paix que l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, M. Horst Köhler, s’emploie à relancer actuellement (réunion des parties à Genève, les 4 et 5 décembre prochains) pour parvenir à mettre en oeuvre l’autodétermination du peuple sahraoui.

4) Les nombreuses violations des droits de l’homme au Sahara occidental occupé par le Maroc

Elles vont totalement à l’encontre de l’esprit du Traité de l’Union européenne : (Article 21) « L’action de l’Union sur la scène internationale repose sur les principes qui ont présidé à sa création, à son développement et à son élargissement, et qu’elle vise à promouvoir dans le reste du monde :la démocratie, l’État de droit, l’universalité et l’indivisibilité des droits de l’homme et des libertés fondamentales, le respect de la dignité humaine, les principes d’égalité et de solidarité [...] »

Il s’agit de :

a) La violation de la liberté d’expression et de réunion (reconnue par la Commission européenne elle-même)

b) Les tortures et mauvais traitements dénoncés par les prisonniers politiques sahraouis (cf. notamment les plaintes pour torture et pour représailles retenues par le Comité contre la torture de l’ONU en 2016 et 2018)

c) Les procès inéquitables, avec pour exemple ceux du groupe dit de Gdeim Izik dont le premier, un procès militaire en 2013, a été conduit sans preuves (sauf des aveux obtenus sous la torture), sans témoins, sans victimes identifiées, sans parties civiles, avec des condamnations très lourdes de 20 ans à perpétuité)

d) La répression durant les manifestations pacifiques (en particulier celle du camp de protestation civile de Gdeim Izik, près d’El Aïoun, en octobre-novembre 2010, qui fut démantelé dans la violence)

e) L’interdiction de l’entrée dans le territoire occupé du Sahara occidental des observateurs et de la presse internationale (fin octobre 2018, on compte 171 personnes qui ont été expulsées ou empêchées d’entrer depuis avril 2014)

Sur le plan des principes, il est donc clair que l’extension au Sahara occidental de l’accord de préférences commerciales UE-Maroc est inacceptable.

5) L’impact des arrêts de la Cour de justice de l’UE

L’arrêt de la Cour de justice de l’UE du 21 décembre 2016 (dans l’affaire C-104/16 P) implique en outre qu’il faudrait pour que l’accord puisse s’appliquer au Sahara occidental, territoire « séparé et distinct » de celui du royaume du Maroc, :

-  a) que cette extension soit bien spécifiée dans le texte d’accord (donc que le nom du « Sahara occidental » y apparaisse)

-  b) et, surtout, que l’Union et le Maroc aient recueilli le consentement du « tiers » que constitue le peuple du Sahara occidental, celui dont le droit à l’autodétermination a été ignoré jusqu’à présent.

Il est évident que ce tiers, dont le consentement doit être explicitement établi, par écrit cela semble indispensable, ne peut être confondu avec une vague consultation de populations vivant au Sahara occidental, marocaines pour la plupart (incitées par les autorités de Rabat à venir s’installer en masse dans le territoire sahraoui occupé). En revanche, depuis les années 1960, l’ONU a reconnu que les peuples en voie de décolonisation étaient représentés par leur mouvement de libération nationale. En l’occurrence, pour le peuple sahraoui, il s’agit du Front Polisario (Front populaire pour la libération de la Saguia el Hamra et du Rio de Oro) dont la représentativité a été affirmée solennellement par l’Assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 34/37 du 21 novembre 1979 (point 7) .

C’est donc bien le Front Polisario qui peut donner son consentement à une telle extension de l’accord, ou le refuser.

Or il ne l’a pas donné.

6) Non pertinentes aux yeux de la CJUE, les « consultations » de populations ont en outre été entachées d’irrégularités et d’injustice

Ainsi, il n’est pas fait état, dans ces « consultations », des 94 associations sahraouies issues des territoires occupés, des camps de réfugiés et de la diaspora qui ont déclaré officiellement refuser de participer à ce processus partial car organisé avec l’appui des autorités marocaines mettant en avant associations et élus qui leur sont acquis.

Et la même société civile sahraouie a encore protesté avec force, ce 5 novembre 2018, contre la position actuelle de la Commission du commerce international (INTA) du Parlement européen qui tend à appuyer le projet d’extension des accords commerciaux UE-Maroc au Sahara occidental (voir document en anglais) en ignorant le peuple sahraoui.

Ainsi, les 173 000 réfugiés des camps, qui font partie intégrante du peuple, n’ont pas été consultés, et ne « bénéficieront » pas des avantages des préférences tarifaires...

7) Faire un sort à l’idée de « bénéfice » pour les populations La Commission européenne et le Conseil ont mis en avant cette idée de « bénéfice » pour les populations. Or cet aspect est non pertinent pour la Cour de justice de l’UE. En effet, voici ce qu’elle dit au point 106 de son arrêt du 21 décembre 2016 : « En tant que tel, ce tiers (le peuple sahraoui) peut être affecté par la mise en oeuvre de l’accord d’association en cas d’inclusion du territoire du Sahara occidental dans le champ d’application dudit accord, sans qu’il soit nécessaire de déterminer si une telle mise en oeuvre serait de nature à lui nuire ou au contraire à lui profiter. En effet, il suffit de relever que, dans un cas comme dans l’autre, ladite mise en œuvre doit recevoir le consentement d’un tel tiers »

Il faut rappeler en outre que toute une partie du peuple sahraoui (au bas mot les 173 000 réfugiés des camps) ne bénéficiera pas, de toutes façons, de ces « avantages », alors que les colons marocains (qui ne paient pas d’impôts au Sahara occidental) en bénéficieront...

8) La question complexe de l’apparition du nom « Sahara occidental » sur les produits qui en seront issus et de la traçabilité de cette origine.

C’est une des exigences de l’arrêt de la Cour de justice de l’UE du 21 décembre 2016. Les diverses commissions du Parlement européens (INTA, AGRI, PECH, AFET) ont déjà relevé l’impossibilité actuelle de distinguer les produits issus de l’un ou de l’autre territoire. A cette fin, plusieurs eurodéputés ont demandé la mise en place d’une procédure fiable de traçabilité de l’origine de ces produits, en accord avec les autorités marocaines.

Sachant qu’en ce domaine les dites autorités seraient juges et parties, l’argument de la légalité de leur certification des produits issus du Sahara occidental est clairement à rejeter.

9) Sur l’insécurité juridique, sur les risques d’illégalité aux yeux de la CJUE, et plus s’il y a extension des accords UE-Maroc au Sahara Occidental

En cas d’une telle extension, le Front Polisario aura alors sans conteste la « qualité pour agir » qui lui était déniée lorsque l’accord d’association ne s’appliquait pas au Sahara occidental. Et il ne se privera certainement pas, avec cette qualité, de porter plainte auprès de la Cour de justice de l’UE.

D’ailleurs, le service juridique du PE a rendu un avis prudent à ce propos :

-  « Le processus de conclusion [de l’accord] reflète les étapes que l’on peut raisonnablement considérer comme réalisables par les institutions de l’Union en vue de recueillir le consentement du peuple du Sahara occidental afin conclure un accord avec le Maroc ; néanmoins, il n’est pas certain que l’exigence de l’arrêt de la Cour dans l’affaire C-104 / 16P soit remplie. »

-  « Selon le rapport de la Commission sur les avantages pour le peuple du Sahara occidental, l’accord peut être considéré comme bénéfique pour la région du Sahara occidental puisqu’il confère un droit supplémentaire à cette région. L’accord amendé lui-même contient « une clause de rendez-vous » prévoyant l’échange d’informations entre l’UE et le Maroc en vue d’évaluer l’effet bénéfique de l’accord de libéralisation ex post. Cependant, il n’est pas certain que ces deux éléments soient pertinents pour déterminer si le consentement [du peuple du Sahara Occidental] a été obtenu, comme l’exige la Cour. »

Dans ce contexte, il serait plus que justifié pour le Parlement européen de recourir à l’avis de la Cour de Justice de l’UE sur la légalité de l’accord UE-Maroc.

Car il y a en outre la responsabilité de l’UE vis-à-vis des entreprises européennes qui prennent des risques en opérant au Sahara occidental eu égard aux arrêts de la CJUE, mais aussi, eu égard au droit humanitaire international et aux crimes de guerre (crime de colonisation notamment) dont le Front Polisario peut les accuser devant la justice.

(Analyse de l’Association des Amis de la RASD - décembre 2018)

Dans la rubrique :
  1. Visite royale en terre colonisée
    3 avril 2006

  2. UN AN DE REPRESSION CONTINUE
    5 juin 2006

  3. AMINATOU HAIDAR EN VISITE AU PARLEMENT EUROPEEN
    5 juin 2006

  4. GREVE DE LA FAIM A LA PRISON D’EL AAIUN DEPUIS LE 4 SEPTEMBRE
    13 septembre 2006

  5. Débat à la Fête de l’Humanité
    14 septembre 2006

  6. Cyber-café : lieu de prédilection pour l’arrestation des sahraouis
    18 septembre 2006

  7. Le Maroc essuie un échec cuisant au sommet du Mouvement des Non-alignés
    19 septembre 2006

  8. Etat de santé très alarmant pour des grèvistes de la faim
    25 septembre 2006

  9. AMINATOU HAÏDAR EN FRANCE
    5 octobre 2006

  10. Le Parlement européen dénonce le refus du Maroc de lui permettre la visite du territoire sahraoui
    5 octobre 2006

  11. Le Haut Comité des Droits de l’Homme de l’ONU épingle le Maroc sur sa répression au Sahara Occidental occupé
    15 octobre 2006

  12. AMINATOU HAÏDAR : LE RETOUR EN TERRITOIRE OCCUPE "gueule de bois" pour le colonisateur, enthousiasme pour la population sahraouie
    18 novembre 2006

  13. Déchaînement de la police marocaine lors de la Journée Internationale des Droits de l’Homme
    11 décembre 2006

  14. Arrestation d’Ennaama ASFARI à Smara
    6 janvier 2007

  15. Procès sous surveillance policière à Smara - Sahara Occidental
    15 janvier 2007

  16. ARRESTATION D’UN JOURNALISTE SUEDOIS A EL AYOUN
    20 février 2007

  17. Trafic de stupéfiants sous protection des généraux marocains ?
    24 février 2007

  18. La police marocaine réprime une manifestation indépendantiste sahraouie à Dakla
    15 mars 2007

  19. LE MAROC MIS EN ECHEC A L’ONU
    15 mai 2007

  20. REDOUBLEMENT DE VIOLENCE CONTRE LES SAHRAOUIS
    25 mai 2007

  21. LA JUSTICE MAROCAINE AUX ORDRES DE LA POLITIQUE COLONIALISTE
    31 mai 2007

  22. DES VOYAGEURS MALVENUS AU SAHARA OCCIDENTAL OCCUPE PAR LE MAROC
    7 août 2007

  23. Alors que les pourparlers de paix entre le Maroc et le Front Polisario reprennent sous l’égide de l’ONU...
    8 août 2007

  24. L’ETAT MAROCAIN FAIT UNE NOUVELLE ENTRAVE AU DROIT DE TEMOIGNER ET DE CIRCULER DES SAHRAOUIS
    16 octobre 2007

  25. Le Juge Baltasar Garzón ouvre une information judiciaire pour délit de génocide marocain au Sahara Occidental
    6 novembre 2007

  26. DES MORTS QUI DENONCENT LA REPRESSION DE "NOTRE AMI LE ROI"
    2 décembre 2007

  27. ARRESTATIONS DE SYNDICALISTES EUROPEENS ET SAHRAOUIS
    19 février 2008

  28. APPEL EN FAVEUR DES PRISONNIERS POLITIQUES SAHRAOUIS EN GREVE DE LA FAIM
    12 mars 2008

  29. SOLIDARITE AVES LES PRISONNIERS POLITIQUES SAHRAOUIS
    29 mars 2008

  30. Le Sahara Occidental interdit de visite ?
    25 avril 2008

  31. LA SOLIDARITE EXPRIMEE AU AVEC LE PEUPLE SAHRAOUI
    26 mai 2008

  32. DEUX ETUDIANTS SAHRAOUIS ASSASSINES LORS D’UN SIT-IN
    5 décembre 2008

  33. ENLEVEMENT ET VIOL D’UNE JEUNE FILLE SAHRAOUIE
    24 février 2009

  34. La marche contre le mur de la honte marocain
    28 avril 2009

  35. ONU : Les droits de l’Homme à géométrie variable
    23 mai 2009

  36. Des militants sahraouis réveillent la MINURSO
    26 mai 2009

  37. 4ème report du procès des militants sahraouis en grève de la faim depuis le 4 avril
    2 juin 2009

  38. UN PROCES HAUTEMENT POLITIQUE POUR LES MILITANTS SAHRAOUIS DE TANTAN
    9 juillet 2009

  39. Le Maroc veut briser la résistance sahraouie
    28 août 2009

  40. Nouvelle vague de répression au Sahara Occidental
    22 septembre 2009

  41. Le Sahara occidental dans l’étau marocain
    19 novembre 2009

  42. RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN A AMINATOU HAÏDAR
    16 décembre 2009

  43. Nouvelle étape dans l’Intifada pacifique sahraouie
    17 mars 2010

  44. LES PRISONNIERS POLITIQUES SAHRAOUIS EN GREVE DE LA FAIM
    1er avril 2010

  45. LA FRANCE (officielle) se déshonore une nouvelle fois
    4 mai 2010

  46. GRÈVE DES TRAVAILLEURS SAHRAOUIS À LAAYOUNE
    10 août 2010

  47. Liberté pour les prisonniers politiques sahraouis
    26 septembre 2010

  48. La provocation du Maroc, empêtré dans son déni de justice, tombe à l’eau
    6 octobre 2010

  49. Une nouvelle facette de l’Intifada pacifique sahraouie
    18 octobre 2010

  50. L’armée marocaine tue un Sahraoui de14 ans
    25 octobre 2010

  51. MASSACRE COLONIAL AU SAHARA OCCIDENTAL OCCUPE PAR LE MAROC
    13 novembre 2010

  52. LE SURREALISME DE LA JUSTICE MAROCAINE
    9 janvier 2011

  53. LA JUSTICE MAROCAINE DANS LE MARAIS
    15 février 2011

  54. 9ème grève de la faim pour les 3 prisonniers politiques sahraouis pour exiger un procès équitable
    13 avril 2011

  55. LES TROIS MILITANTS SAHRAOUIS LIBERES
    14 avril 2011

  56. Manifestations sahraouies réprimées par la police marocaine
    16 août 2011

  57. Rapport des prisonniers politiques sahraouis
    1er septembre 2011

  58. Les Sahraouies privées d’une patrie indépendante... les femmes d’Afrique s’en mêlent !
    1er octobre 2011

  59. Assassinats, arrestations, tabassages et pillages, la colonisation marocaine suit son court au Sahara occidental
    3 octobre 2011

  60. Grève de la faim des 23 prisonniers politiques sahraouis à Salé
    2 novembre 2011

  61. 27ème jour de grève de la faim des prisonniers politiques sahraouis
    27 novembre 2011

  62. Au 38ème jour de grève de la faim, les prisonniers politiques
    9 décembre 2011

  63. Le Parlement européen rejette l’accord de pêche UE/Maroc dans les eaux du Sahara occidental
    14 décembre 2011

  64. Harcèlement sur les prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik
    22 février 2012

  65. Jugement contestable et contesté pour les prisonniers sahraouis de Dakhla
    23 avril 2012

  66. Le NON du Secrétaire Général de l’ONU au roi du Maroc
    3 septembre 2012

  67. "Les yeux de Chimène" du Ministre français pour le régime marocain
    26 septembre 2012

  68. Visite de l’envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU au Sahara occidental
    2 novembre 2012

  69. TOTAL ILLEGAL AU SAHARA OCCIDENTAL
    5 décembre 2012

  70. "Droit à la vérité, réparation et réformes : quelles avancées et quelles perspectives pour la justice transitionnelle ?"
    22 janvier 2013

  71. Le royaume marocain présente un modèle de justice coloniale
    18 février 2013

  72. Feu vert de l’ONU à la répression des manifestations
    30 avril 2013

  73. Un jeune sahraoui tué par les forces de répression marocaines
    23 septembre 2013

  74. A propos de l’accord de pêche Union Européenne/Maroc
    13 novembre 2013

  75. Coup de griffe à la légalité internationale au Parlement européen
    10 décembre 2013

  76. MEILLEURS VŒUX DE SMARA SOUS OCCUPATION COLONIALE
    1er janvier 2014

  77. Les droits de l’Enfant au Sahara occidental ? Les mêmes que pour les adultes...
    18 janvier 2014

  78. Naama Asfari dénonce le mensonge de l’OMDH
    14 mars 2014

  79. SAHARA OCCIDENTAL : territoire interdit ?
    20 avril 2014

  80. Lettre à M. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, 7 août 2014
    8 août 2014

  81. Enlevée et sequestrée par les autorités marocaines
    8 août 2014

  82. Décès en prison à Dakhla du militant sahraoui des droits de l’homme, Hassana Elouali Aaleya. Les autorités marocaines responsables ?
    1er octobre 2014

  83. Sahara Occidental : RASSEMBLEMENT SAMEDI 8 NOVEMBRE À 15h PLACE DU TROCADERO
    6 novembre 2014

  84. L’ambassadeur du Maroc pris la main dans le sac
    19 décembre 2014

  85. Isabel Lurenço expulsée du Sahara occidental
    24 février 2015

  86. Torture morale supplémentaire pour les prisonniers politiques de Gdeim Izik
    18 mars 2015

  87. Nouvelle provocation du Conseil de sécurité au peuple sahraoui
    30 avril 2015

  88. Grève de la faim d’une mère sahraouie
    12 juin 2015

  89. Procès sous tutelle policière pour Salah Lebsir
    11 août 2015

  90. 40 ANS D’OCCUPATION COLONIALE DU SAHARA OCCIDENTAL : ÇA SUFFIT !
    4 novembre 2015

  91. EN GRÉVE DE LA FAIM ILLIMITÉE
    1er mars 2016

  92. Appel urgent pour les prisonniers politiques sahraouis du groupe de Gdeim Izik en grève de la faim à la prison de Rabat-Salé
    4 avril 2016

  93. Naâma Asfari : Lettre ouverte de prison
    9 avril 2016

  94. Le Conseil de Sécurité de l’ONU prolonge le mandat de la MINURSO
    1er mai 2016

  95. Le coup de sang printanier de Mohamed VI empêtre diplomatie et justice marocaines
    11 août 2016

  96. Inondations catastrophiques au Sahara occidental
    6 novembre 2016

  97. Communiqué des prisonniers politiques sahraouis du groupe de Gdeim Izik
    22 décembre 2016

  98. Conférence de presse de l’ASVDH
    12 mars 2017

  99. Communiqué de presse des osbervateurs internationaux
    18 mars 2017

  100. Solidarité avec les grévistes de la faim deSmara
    18 avril 2017

  101. Nouvelles alarmantes au procès des prisonniers politiques de Gdeim Izik
    18 mai 2017

  102. CRI D’ALERTE DES AVOCATES FRANÇAISES DU PROCÈS DE GDEIM IZIK
    18 juin 2017

  103. Résumé de l’audience du 5 juin 2017
    30 juin 2017

  104. Communiqué des prisonniers politiques sahraouis du groupe de Gdeim Izik
    15 juillet 2017

  105. Verdict du procès honteux des 24 militants de Gdeim Izik
    20 juillet 2017

  106. Nouvelle mesure de rétorsion à l’encontre des prisonniers politiques de Gdeim Izik
    26 septembre 2017

  107. Le régime marocain célèbre à sa manière la Journée Internationale des Droits de l’Homme
    18 décembre 2017

  108. Lettre au Président de la République française
    23 janvier 2018

  109. Le Maroc, de revers diplomatiques en déconvenues juridiques
    8 février 2018

  110. Claude Mangin-Asfari expulsée pour la 4ème fois du Maroc
    17 avril 2018

  111. 21ème jour de grève de la faim pour Claude Mangin Asfari
    8 mai 2018

  112. La Commission européenne obtempérera-t-elle à la 3ème injonction du Tribunal de l’Union européenne ?
    2 août 2018

  113. Le faux prétexte de la souveraineté pour justifier la torture des prisonniers de Gdeim Izik
    7 septembre 2018

  114. Deux journalistes Sahraouis condamnés à deux ans de prison
    10 septembre 2018

  115. La vie de prisonnier politiques sahraoui, Abdallah Abbahah, en danger
    12 novembre 2018

  116. Les Sahraouis appellent le Parlement européen à ne pas enfreindre le droit international
    14 janvier 2019

  117. Blocus policier du siège de l’ASVDH
    14 mai 2019

  118. Une jeune journaliste d’Equipe Média jugée à El Ayoun sans observateur étranger
    21 mai 2019

  119. Représailles sur le défenseur des droits de l’homme Abderrahmane Zayou
    1er juin 2019

  120. Les autorités marocaines expulsent une 5ème fois Claude Mangin-Asfari
    19 juillet 2019

  121. Le colonialisme marocain tue au Sahara occidental
    25 juillet 2019

  122. Bonnêt d’âne pour le Président de la CAF
    24 janvier 2020

  123. Une triste nouvelle endeuille le peuple sahraoui et tous ses amis de par le monde
    2 avril 2020