ACCUEILL’Afrique bouge< Burkina Faso
Dernière mise à jour :
jeudi 19 avril 2018





   
Claude Bartolone, s’oppose à l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara
Communiqué de presse du réseau international « Justice pour Sankara, justice pour l’Afrique »
dimanche 12 juillet 2015
Le président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, s’oppose à l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara

Communiqué de presse

Deux membres du réseau « Justice pour Sankara justice pour l’Afrique » ont transmis à Claude Bartolone, ainsi qu’à tous les députés de l’Assemblée nationale, deux courriers, datés respectivement du 30 avril et du 5 mai 2015, l’un émanant de 25 députés du Conseil national de Transition du Burkina Faso, l’autre du chef du groupe parlementaire des organisations de la Société civile au nom des 25 députés de son groupe, demandant l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara. Tout en affirmant « souhaiter que la lumière soit faite sur cette affaire », M. Claude Bartolone nous a répondu par la négative pour les raisons suivantes : « une telle commission d’enquête n’aurait aucun pouvoir pour conduire des investigations dans un autre Etat » et « la procédure judiciaire désormais ouverte au Burkina » lui semble « l’instrument juridique le plus approprié pour rechercher les responsables de cette affaire ».

Cette réponse amène de notre part, les commentaires suivants :

-  Nous rappelons que les détails de l’assassinat de Lumumba ont pu être révélés en 2001 à la suite de l’ouverture d’une enquête parlementaire auprès du parlement belge, un assassinat qui ne s’est pas déroulé sur le territoire belge.

-  Plusieurs témoignages font état d’une participation française à un complot international. C’est donc bien en France qu’il convient d’enquêter pour en vérifier la réalité, en parallèle à l’enquête ouverte au Burkina Faso.

-  Seule l’existence d’une procédure judiciaire en France est à même, selon les règles de l’Assemblée nationale, d’empêcher une commission d’enquête parlementaire. Or, une telle procédure n’existe pas.

A la suite de l’exhumation des dépouilles présumées de Thomas Sankara et de ses compagnons, et de la rencontre de Mariam Sankara avec des députés de l’Assemblée nationale, de nombreux organes de la presse française ont évoqué l’éventualité d’une participation française à un complot international à l’assassinat de Thomas Sankara (voir http://thomassankara.net/spip.php ?article1775 et http://thomassankara.net/spip.php ?article1787).

Il est grand temps que la France cesse de fuir le questionnement sur son lourd passé en Afrique. Les dirigeants politiques de ce pays, rappellent à loisir, leur attachement aux bonnes relations d’amitié et de coopération avec le Burkina Faso. L’amitié avec ce pays et son peuple passera à l’avenir par la volonté française d’une introspection sur l’éventualité d’une participation française à cet assassinat, ce qu’une commission d’enquête parlementaire est parfaitement habilitée à faire. La France doit cesser de feindre qu’elle n’est pas concernée. C’est aussi l’un des moyens les plus appropriés pour « que la lumière soit faite sur cette affaire ».

Le réseau international « Justice pour Sankara justice pour l’Afrique » n’en restera pas là et prendra de nouvelles initiatives pour que la vérité sur une éventuelle participation française à cet assassinat soit connue.

En attendant nous appelons

-  les députés de l’Assemblée nationale signataires de la demande d’ouverture d’une enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons et les autres députés à les rejoindre.

-  Tous les amis du Burkina Faso, toutes les personnes éprises de justice à signer et à faire signer massivement la pétition demandant l’ouverture d’une enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons à https://www.change.org/p/public-et-d%C3%A9cideurs-parlementaires-ouverture-d-une-enqu%C3%AAte-parlementaire-sur-les-conditions-de-l-assassinat-de-thomas-sankara

Fait à Paris, Ouagadougou, Dakar, Berlin, Madrid, Ottawa, Turin... le contact : contactjusticepoursanakra@gmail.com

Dans la rubrique :
  1. Contre l’impunité de l’assassinat de Norbert Zongo et de ses trois compagnons
    18 décembre 2006

  2. MANIFESTATIONS DANS DE NOMBREUSES VILLES DU BURKINA FASO
    16 mars 2008

  3. BURKINA-FASO : LA JEUNESSE SE SOULÈVE
    28 février 2011

  4. Grande soirée publique « Justice pour Thomas Sankara » Solidarité avec le peuple burkinabè, le Vendredi 1er juillet 2011 à Paris
    22 juin 2011

  5. JUSTICE POUR THOMAS SANKARA, JUSTICE POUR L’AFRIQUE
    16 mars 2014

  6. MOBILISATION CONTRE UNE RÉVISION CONSTITUTIONNELLE
    28 août 2014

  7. Blaise Compaoré en maître du tripatouillage de constitution
    22 octobre 2014

  8. AVEC LE PEUPLE DU BURKINA FASO. NON AU POUVOIR À VIE, NON AU TRIPATOUILLAGE CONSTITUTIONNEL
    29 octobre 2014

  9. Une nouvelle page s’écrit au Burkina Faso
    4 novembre 2014

  10. SAMEDI 8 NOVEMBRE 2014, MANIFESTATION DEVANT L’AMBASSADE DU BURKINA FASO A PARIS, DE 15H à 18H
    7 novembre 2014

  11. Miriam Sankara reçue à l’Assemblée Nationale française
    18 juin 2015

  12. Claude Bartolone, s’oppose à l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire sur l’assassinat de Thomas Sankara
    12 juillet 2015

  13. Le Régiment de Sécurité Présidentiel de Compaoré, félon à la République
    18 septembre 2015

  14. Les autorités françaises doivent arrêter François Compaoré
    11 octobre 2017

  15. Arrestation de François Compaoré en France sur mandat international
    30 octobre 2017

  16. AVANCÉE SIGNIFICATIVE DANS L’AFFAIRE SANKARA !
    16 février 2018

  17. A quand le début de la fin de l’impunité au Burkina Faso
    2 mars 2018